Tous les salariés de l'UES Capgemini, quels que soient leur statut ou leur entité, ont les mêmes complémentaires santé et prévoyance. Ces contrats sont cadrés par deux accords unanimes depuis 2006.

Pour résorber les déficits structurels de ces contrats qui s'accumulent depuis plusieurs années, la direction a programmé plusieurs réunions sur le 1er semestre avec les partenaires sociaux.

Alors bien sûr, la direction a rapidement laissé apparaître certaines de ses idées : réduction des garanties, hausse des cotisations et création de cotisations spécifiques pour les conjoints et ayant droits.

A la CFDT, nous voyons d'autres pistes que nous avons communiquées à la direction et aux autres organisations syndicales le 16 février, dans ce courrier. 

Tout d'abord, la CFDT a voulu rappeler que l'actuelle mutualisation est le fruit d'une volonté historique des partenaires sociaux. Ce que nous appelons SOLIDARITE. À ce titre, nous rejetons catégoriquement l'idée de faire cotiser les ayant droits des salariés.

Nous avons également rappelé notre attachement aux principes de mutualisation garants de la solidarité entre TOUS les salariés, du plus petit salaire aux très hauts. Et, justement, ces très hauts salaires ne cotisent plus au-delà de 157 K€ annuels ! Si les très hauts salaires cotisent moins, qui paie à leur place ? Il serait d'ailleurs intéressant de savoir statistiquement si ces très hauts salaires ne profitent pas du système sans cotiser à leur juste niveau !

Augmentation des salaires, améliorations des conditions de travail, coup de pouce au télétravail font partie des autres pistes qui auraient un effet bénéfique sur la santé et qui doivent être explorées.