Dans le secteur du numérique, la CFDT constate une augmentation du nombre de travailleurs n'étant ni en CDI, ni à temps plein, ni même liés à un employeur par un contrat de travail.

Le travailleur qui renonce au salariat, délibérément ou de manière contrainte, pour se tourner vers l'autoentreprenariat ou le portage salarial, reste-t-il cependant vraiment indépendant face à un donneur d'ordre économiquement dominant ?

La Fédération Communication, Conseil, Culture (F3C) CFDT a lancé la "première plateforme syndicale de services à destination des free-lances (quel que soit leur statut) et des travailleurs indépendants du numérique", baptisée Union.

Grâce à cet outil, ils auront accès à un CRM (logiciel de gestion client), un outil d'établissement de devis et de factures, une assurance responsabilité civile professionnelle, une protection juridique en cas de problème avec le régime social des indépendants et du conseil.

Union est accessible à l'adresse www.f3c-cfdt.fr/union.