Le bâtiment IVOIRE, sensé accueillir tous nos collègues lyonnais, devrait être la vitrine de Capgemini en Rhône Alpes. Ce qui est une assez belle réussite immobilière est hélas gâché par de nombreux dysfonctionnements et des malfaçons qui perturbent le quotidien des salariés.

La direction a clairement sous estimé la charge de travail post réception du bâtiment et l'équipe des Services Généraux est sous-dimensionnée au regard de ses charges. Les incidents et dysfonctionnements s'accumulent. Quatre mois après les premiers emménagements, seuls 1/3 des 123 points soulevés par les élus de la commission de suivi ont été traités, alors que la direction s'était engagée à les résoudre au plus tard mi septembre...

Citons en vrac les vols de vélo dans un parking dit "sécurisé", une intrusion dans le parking en sous-sol, toutes les peintures des halls ascenseur de chaque étage à refaire, une domotique erratique (chaud-froid et jour-nuit capricieux), véhicules électriques fantômes et, pour clôre cette liste non exhaustive : une vitre qui se désolidarise du bâtiment et choît sur la chaussée, heureusement sans blessé.

Autre exemple significatif d'impréparation, la soudaine découverte d'un sous-dimensionnement des m² nécessaires, qui a abouti à l'installation de certaines équipes dans un autre bâtiment à proximité et imposé un délai supplémentaire aux salariés de Prosodie avant leur emménagement.

Au final, un projet bien présenté et bien vendu, un immeuble en apparence beau, chaleureux et fonctionnel, mais un projet gâché par un manque de moyens et l'absence d'un vrai responsable unique de site doté d'un pouvoir de décision imposable à toutes les entités présentes sur le site. On est passé du chef de projet de construction du bâtiment à "débrouillez-vous avec le bâtiment et le proprio" !

Ces erreurs seront-elles corrigées pour les prochains regroupements immobiliers à Aix-en-Provence, Lille ou Issy-les-Moulineaux ?