Une fois n'est pas coutume, c'est une fiction que nous proposons dans cet article. Nos élucubrations ont été inspirées par un article réalistico-effrayant de Luc Peillon paru dans Libération du 10/09 (http://www.liberation.fr/france/2017/09/10/il-etait-une-fois-le-salarie-du-futur_1595425) "cyniquement" (un compliment jupitérien du XXIème siècle) sous-titré "Loi travail : vis ma vie de "fainéant"...

Il y est question d'un jeune salarié plein d'ambitions professionnelles et d'espoirs sociaux qui va voir son avenir se désagréger par la "grâce" des très libérales ordonnances macroniennes.

Que pourrait-on ajouter à cet article ? Et bien que cet article ne paraisse jamais pour les raisons suivantes :

Car, en parallèle de la réduction des droits au chômage,dles restrictions apportées à la formation professionnelle, des dispositions destructrices du logement social ou du dynamitage de l'enseignement public, notre vénéré président souverain aurait fait passer une loi sur l'interdiction de la presse libre permettant l'embastillement de ces pseudo-journalistes subversifs dans des camps de redressement, sans qu'ils ne puissent bénéficier d'un accompagnement par des avocats, eux aussi en voie d'épuration, ou d'un appel auprès du juge des libertés, croupissant d'ailleurs déjà dans une cellule.

Toutes ces rétentions seraient assurées par des forces de sécurité dont le budget aurait fait pâlir un autre monarque, Kim J..

Fini le temps où la France subissait un taux de chômage élevé. Grace à ces 2 millions de personnes affectées à l'armée, aux forces de l'ordre et à un réseau de sécurité aussi dense que secret, le bon peuple n'a plus aucune raison de se plaindre. Le voudrait-il qu'il en serait vite dissuadé.

Le mot "grève" ayant été proclamé illégal, plus personne ne se souviendrait de sa signification. Sauf quelques rares anciens, qui se souviendraient que leurs parents leur parlaient bien parfois de rassemblements de personnes osant clamer leurs désaccords sans subir de répression.

Et puis pourquoi protester quand le bonheur a été décrété acquis naturel et qu'il doit éclairer tous les visages ?