Les salariés de l'UES(1) Capgemini ont été informés via la messagerie pro par la direction France de l'application de nouvelles règles début 2018.

Pour les deux contrats, une raison commune : la situation déficitaire depuis plusieurs années.

Pour la Complémentaire Santé, une raison supplémentaire : l'obligation faite aux entreprises de proposer un contrat dit "responsable" dès 2018.

Une fois ce cadre fixé, la CFDT a fait les choix de préserver au mieux les garanties, de limiter l'impact financier sur le plus grand nombre de salariés et de renforcer l'équité sociale.

Les avenants mis en signature le 9 novembre n'étaient pas les meilleurs espérés. Certes, on peut toujours faire mieux, mais ne pas signer ces avenants nous aurait contraint à chercher un nouvel assureur, avec la quasi assurance d'une réduction drastique des garanties, d'un surcoût énorme pour les salariés et d'un désengagement conséquent de Capgemini dans sa participation financière. La responsabilité sociale est-elle de pratiquer la politique de la terre brûlée dans l'espoir d'une réaction massive type Grand Soir ? Ce n'est pas le choix de la CFDT .

Et c'est aussi parce que nous avons demandé et obtenu l'engagement de la direction de compenser pour les salaires <30 K€ le surcoût de la cotisation additionnelle que nous avons signé ces avenants.

Quant aux évolutions de la surcomplémentaire facultative, si les délégations syndicales ont pu exprimer leurs souhaits et suggestions, les conditions et garanties restent entièrement de la responsabilité unique de la direction.

 

(1) Unité Economique et Sociale