Le "gouvernement du Nouveau Monde" avait annoncé vouloir réformer la formation professionnelle et l'apprentissage. Les organisations syndicales et patronales se sont donc retrouvées le 24 novembre pour une 1ère réunion de négociation. Rappelons la légère reprise au niveau national en 2016 des contrats d'apprentissage avec près de 289 000 contrats conclus. +1,9%

Récemment dans une entité française du groupe Capgemini, l'inacceptable attitude d'un "directeur" envers une jeune alternante nous a conduit à demander que soit établie une charte permettant de mieux encadrer les contrats d'apprentissage, en alternance ou de professionnalisation au sein de l'UES(1). Nous avons donc demandé l'inscription de ce sujet à l'ordre du jour de la réunion du CCE(2) du 7 décembre et avons adressé en amont les demandes suivantes :

A l’attention de Messieurs Bruno DUMAS (DRH UES) et Pierre Alain COGET (DAS UES),

Messieurs,

Le développement croissant dans les entités de l’UES des contrats d’apprentissage, en alternance ou de professionnalisation suscite autant d’espoirs que de questionnements.

La CFDT de Capgemini souhaite pour mieux encadrer et suivre ces emplois :

  1. L’établissement d’un bilan de situation par entités et géographies des contrats d’apprentissage, en alternance ou de professionnalisation
  2. L’élaboration avec les partenaires sociaux d’une charte UES permettant :
    • de profiter des bonnes pratiques actuelles, aux fins de les déployer et de les améliorer,
    • de garantir à tous les titulaires de ces types de contrat une équité de traitement dans toutes les entités de l’UES,
    • de définir les conditions d’encadrement de ces contrats par des salariés de l’UES et les garanties associées.

Cette charte pourrait être annexée ensuite à l’actuel accord Formation, dans l’esprit de la prochaine réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

 

(1) Unité Economique et Sociale         (2) Comité Central d'Entreprise