Bye bye 2017, une année qui aura compté socialement, tant sur l'UES(1) Capgemini qu'au niveau national.

Bonjour 2018, année encore pleine d'incertitudes et de craintes sociales, surtout en raison du mépris macronien pour les salariés et leurs représentants et de sa propension à favoriser les classes "hautes" de la population et les riches. Année également chargée dans notre entreprise.

En ne regardant qu'au seul niveau de Capgemini, quels ont été les marqueurs de 2017 et que nous réserve 2018 ?

Faits majeurs en 2017

  • Salaires : fin janvier, la direction abrégeait de rapides et déloyales "négociations", dont nous dénonçions le minimalisme ici.
    Etrangement, la direction rechigne depuis à communiquer les vrais résultats de l'application de cet accord. Aurait-elle gonflé ses hypothèses pour mieux rassurer ses fidèles signataires ?

  • Santé :
    • Conclusion en juin d'un 2ème accord sur la Santé au Travail. Un seul non signataire (CGT).
    • Complémentaire Santé et Prévoyance : aboutissement en décembre d'une longue négociation d'un an et validation de 2 avenants importants pour la survie de ces contrats lourdement déficitaires. Au final, maintien d'un niveau de garanties au maxi légal.
      Toutes les explications dans les articles des 15 février et 19 novembre.

  • Emploi :
    • Contrat de génération : fait unique en 2017, un accord signé par les 5 organisations syndicales représentatives de l'UES(1) !!!
    • Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences : enfin un accord pour les années 2017 à 2019, signé par la CFDT fin 2016, après deux années "stériles" qui avaient suivi un cuisant échec des précédentes négos.

  • Instances Représentatives du Personnel :
  • Egalité professionnelle Femmes-Hommes, Parentalité et Temps de vie : le 2ème accord arrivait à terme fin 2017. Nous avons constaté à regret le retard de la direction pour ouvrir la négo d'un nouvel accord. Et pourtant, il y a encore tant à faire pour l'égalitéNotre signature d'un avenant de prorogation de six mois ne dédouane pas la direction de sa coupable passivité.

  • Locaux : nombreux programmes de regroupement immobilier des entités (Lyon, Nantes, Aix-en-Provence, Lille, Ile de France). Les élus doivent constater les positions dogmatiques de la direction immobilière qui négligent les conditions de travail des salariés.

  • Bilan des 13 accords et avenants mis en signature en 2017 :
    • la CFTC a signé TOUS les accords et avenants (doit-on les féliciter ou s'inquiéter d'une certaine bienveillance face à la direction ?), 
    • 11 accords ou avenants ont été signés par la CFE-CGC et FO,
    • la CFDT a signé 6 accords ou avenants,
    • un seul accord a eu la bénédiction de la CGT,
    • un accord signé a été annué suite à une opposition majoritaire.

 

Ce qui nous attend pour 2018 (oisifs s'abstenir) :

  • Egalité professionnelle Femmes-Hommes, Parentalité : la négo pour le 3ème accord démarre.

  • Qualité de vie au travail : ouverture d'une négo sur le 1er semestre. Elle incluera le droit à la déconnexion et les temps de déplacement.

  • Emploi des personnes en situation de handicap : dernière année d'application du 4ème accord. Nous aurons plusieurs propositions d'amélioration du fonctionnement de la mission Handicap.

  • Salaires : une 1ère réunion de lancement négo a eu lieu en décembre. La "vraie" négo commencera mi janvier. Enthousiasme très modéré.

  • Temps de travail : la direction a lancé depuis plusieurs mois un chantier sur les horaires individualisés. En parallèle l'implémentation d'un nouvel outil de déclaration du temps de travail (GTE) dont un piote a été lancé sur Sogeti High Tech.
    Comment la direction va-t-elle répondre aux nombreuses remarques et objections des 24 CHSCT qui ont tous donné un avis négatif ?

  • Formation professionnelle et CFP : encore un accord qui arrive à son échéance en fin d'année. Cet accord avait conclu de (très) longues négos et avait été fortement impacté par des modifications législatives. L'actualité nationale risque encore une fois de compter.

  • Dématérialisation des tickets Repas : la direction lancera début février un chantier pilote sur Sogeti High Tech (Issy & Toulouse) et Capgemini Consulting. Durée 4 mois. Avec un objectif rapide de généralisation sur l'UES(1). Le CCE(2) a initié un groupe de travail sur le sujet.

A part ça Monsieur Macron et Madame Pénicaud, vous pensez toujours que les représentants des salariés ne serviraient à rien ? Et qu'il est donc bien nécessaire de tout accorder aux employeurs au seul détriment des salariés ?

Un petit retour sur terre pour Jupiter ?

Ce ne serait pas une mauvaise affaire !

 

(1) Unité Economique et Sociale         (2) Comité Central d'Entreprise