En février 2017, Capgemini mettait un terme aux très rapides pseudo négociations sur les salaires 2016 et proposait un accord minimaliste et inéquitable. Mais cela satisfaisait pourtant 3 organisations syndicales, signataires compulsives d'accords, mais pas la CFDT .

Les 3 mesures de rattrapage salarial (la CFDT n'insistera jamais assez pour dire que ce n'était PAS des augmentations !) étaient sensées bénéficier à 3 193 salariés et amener à une distribution de 883 K€ sur la paie d'avril 2017.

ENFIN, 9 mois plus tard, nous avons pu obtenir les résultats de l'application de cet accord. La CFDT doit hélas faire l'amer constat que les "miettes" accordées se sont considérablement amenuisées.

Comment la direction explique-t-elle que 506 salariés aient disparu en 3 mois (3 193 dans ses hypothèses de janvier 2017 ramenés à 2 687 après la mise en oeuvre des 3 mesures en avril 2017) ? 16% de "disparus" qui ne peuvent pas se retrouver dans les seuls départs au 1er semestre 2017.

Où sont passés les 149 K€ ainsi économisés ? Une économie de 17% qui sera réinjectée dans les négociations salariales 2017 qui viennent de commencer ?

Un peu avant la 2ème réunion de négo salaires 2017 (15 janvier 2018), les 3 étiquettes signataires se sont subitement aperçues de cette esbrouffe, on peut penser avec une certaine amertume. Elles ont "arraché" à la direction un engagement de "remettre au pot" les sommes ainsi économisées sur le dos des salariés... Mais pas pour ces belles économies de l'année dernière (149 K€) qui resteront au seul profit des actionnaires. Quelle belle galégeade et quels beaux pitres !!!

Au fait, qui sont les champions de ces économies ?

  • A tout "saigneur"... Capgemini Technology Services a  "effacé" 18% des supposés bénéficiaires (234 salariés) et évité de "gaspiller" 68 K€ sur les 390 K€ annoncés.
  • Si Sogeti France est plus loin en nombre de salariés "évaporés" (191 soit 16% de ses effectifs), l'économie est proportionnellement plus conséquente (58 K€ soit 18%)

A chaque négociation sur les salaires, la CFDT de Capgemini privilégie des augmentations collectives pour les plus bas salaires. En priorité ceux qui n'atteignent pas le PASS (Plafond Annuel Sécurité Sociale), soit 38 616 € en 2016 et 39 228 € en 2017. Ils étaient près de 10 000 en 2016. Les signataires de l'accord n'avaient dealé des rattrapages que pour 2 167 d'entre eux, NETTEMENT moins d'1/4 !!! Au final, 351 se sont "évaporés", dont plus de 150 chez TS et plus de 140 chez Sogeti France... L'arnaque est démontrée.