La direction nous parle sans arrêt du "re-use" et pourtant aucune des avancées obtenues lors des déménagements précédents ne sont réutilisées y compris les compétences des sachants.

La direction nous parle aussi d'honnêteté et pourtant, dans les différentes réunions des instances, la direction a eu des propos contradictoires qui peuvent laisser croire à un manque de confiance. Certes c'est peut-être légal, mais est-ce une juste rétribution de leur travail de faire payer une partie du déménagement aux salariés ? La CFDT a demandé à ce propos que la direction revoit sa copie.

Où est le dialogue social sur un sujet qui, a priori, se voudrait consensuel ? On se rend compte au fil des réunions entre vos élus et la direction que celle-ci ne nous entend pas.

Où est la compétence quand la direction "oublie" 400 salariés dans les comptages ?

Dans quelles conditions sera assurée la restauration ? La CFDT a demandé l'implantation d'un lieu aménagé (micro-onde, frigidaire, ...) pour les salariés amenant leur repas. Aucun retour.

Incohérences dans les propos de la direction dans les différentes réunions des instances concernant le flex-office dont nous ne connaissons même pas la déclinaison pour Aquarel. Nos nombreuses questions ont reçu des réponses floues et contradictoires et nous empêchent de vous expliquer clairement de quoi il en retourne. L'impression est que la direction ne sait pas elle-même où elle va.

Incohérences entre la charte immobilière du groupe et son application sur Aquarel. Par exemple, la charte préconise 40% d'espace non affecté au travail pour avoir des conditions de travail correctes (bruit, circulations, ...) : environ 10% sur Aquarel. Autre exemple, la charte préconise 8 à 9m² par salarié, sur Aquarel c'est inférieur à 7m² !

Pour un projet de cette importance, il semble que la direction ait traité ce sujet de façon désinvolte et les conséquences négatives pour les salariés peuvent être importantes. D'ailleurs il suffit de voir comment cela s'est passé dans des projets immobiliers récents : Aix-en-Provence, Lyon. Aucun n'a été mené sérieusement et avec le professionnalisme qu'on est en droit d'attendre sur un tel projet. Nous traiterions nos projets de cette façon : le client nous enverrait revoir notre copie !

Sans la vigilance des 6 CHSCT(*) concernés par ce projet, la situation aurait été pire !

A 9 mois du déménagement, il reste beaucoup de zones d'ombre.Nous ne savons pas comment les spécificités des projets et de certains postes de travail seront prises en compte (projets sécurisés, postes multi-écrans, ...). Nous n'avons pas la garantie que tout le monde aura des conditions de travail digne de ce nom. Les informations, lorsqu'elles existent, sont imprécises et contradictoires. Ce qui rend très compliqué notre travail, au moment même où on nous consulte.

Affaire à suivre donc ...

(*) Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail