Il y a un an, le risque fort d'une remise en cause par l'assureur (Axa) des contrats de complémentaire santé qui couvrent les salariés de l'UES(1) Capgemini aboutissait à des modifications profondes des règles. Relire ici notre article du 19/11/2017.

9 mois après la mise en oeuvre de ces nouvelles règles, quels sont les premiers constats ?

Equilibre prévu sur 2018 pour le régime de base et fort déficit pour le régime facultatif (un rappel nécessaire : les conditions et garanties du régime facultatif dépendent ENTIEREMENT et EXCLUSIVEMENT de la responsabilité de la direction).

Régime de base

  • Les résultats projetés pour 2018 donnent un rapport Sinistres/Primes de 90% au global. Ce qui laisse présager un résultat à l'équilibre.

  • Si les remboursements de consultations (-11%) et de pharmacie (-10%) sont à la baisse, l'explosion des actes hors nomenclature (+20% sur forfait journalier hospitalier, chambres particulières, chirurgie réfractive, ostéopathie, implants dentaires...) alerte.

  • Un résultat intéressant, et instructif : la cotisation créée début 2018 sur les portions de salaires en tranche C (annuel > 158 928 € en 2018) a généré 154 K€ de plus que les 331 K€ estimés par la direction. Cette nouvelle cotisation, revendiquée depuis de nombreuses années par la CFDT, aurait couvert 1/3 du déficit constaté sur 2017. Merci donc à nos aisés cotisants (souvent dans les postes décisionnaires) de leur généreuse contribution.

Régime facultatif

  • Ce régime a été créé en 2012, à l'occasion de l'acquisition de Prosodie. Plus d'un salarié sur 5 adhère à ce régime en 2018.

  • Bien que ce ne soit pas une obligation légale, le gestionnaire (GrasSavoye) impose, sans l'expliquer ni le justifier, que toute adhésion d'un salarié (> 15 €) soit accompagnée de celle de son conjoint (> 7 €) ! Hélas, il semble que cela ne choque que nous, tant est grande l'apathie des autres membres de la commission de suivi de l'accord.

  • En 2017, le rapport Sinistres/Primes s'est clôturé à 109%. pour 2018, la projection porte le ratio annuel à 152% !!! Les partenaires syndicaux n'ayant pas leur mot à dire sur ce régime, une augmentation de la cotisation est à craindre.

  • La CFDT revendique que cette cotisation soit proportionnelle au salaire. Une mesure socialement juste mais pour l'instant inentendue.

 

(1) Unité Economique et Sociale