Prévue plus courte par la direction, il aura finalement fallu 7 réunions de négociation pour en arriver à un projet d'accord amélioré et donc signable. Encore une fois, la CFDT a tenu toute sa place dans cette négo pour obtenir des avancées et préserver des acquis. Reconnaissons aux délégations CFE-CGC et FO une participation elle aussi revendicative. Notons l'assourdissant silence de la délégation CFTC et l'étonnante discrétion de celle de la CGT.

Quels motifs conduiront la CFDT à signer cet accord qui couvrira les années 2019 à 2023

  • 2018 sera une mauvaise année en termes de recrutement de personnes en situation de handicap (PSH). Le projet d'accord permettra aux Chargés de Recrutement et d'Intégration (CRI) de mieux connaître les besoins régionaux et nationaux. Il prévoit aussi de mesurer l'implication des responsables de recrutement de tous les salariés dans la réalisation des objectifs de recrutement de PSH.

  • Intégration d'une proposition CFDT de définir 3 niveaux de confidentialité du statut de travailleur handicapé (TH) qui permettront aux salariés concernés de décider qui peut être amené à avoir connaissance de leur statut.

  • Différents acquis des précédents accords sont reconduits comme :

    • Des dispositifs d'accompagnement étendus aux conjoints, ascendants et enfants en situation de handicap, grâce à des aides financières allouées hors budget TH.

    • Différents dispositifs de formation externe ouverts à des PSH en vue de leurs futurs recrutements.

    • Reconduction des fonctions tuteurales, confiées à des salariés pour accompagner des collègues TH. Ces missions seront valorisées au cours des entretiens annuels d'évaluation.

    • Aide au reclassement et à la reconversion.

    • Indemnité compensatrice de préavis en cas de licenciement.

  • Les membres de la Mission Handicap (MH) pourront améliorer leurs compétences et faire valider leurs acquis au travers de formations diplômantes.

  • Dès le début, la direction avait affiché ses intentions de réduire le paritarisme obtenu à partir de l'accord 2010-2012 (suite à la double opposition formulée par la CFDT et la CGT aux deux accords signés fin 2018 et début 2019 par CFTC et FO) et de tailler dans les effectifs de la MH, plus particulièrement dans la population des Chargés de Mission Handicap (CMH).

    •  Le projet d'accord réaffirme le rôle du Comité de Pilotage National (CPN), notamment dans l'amélioration de l'organisation des Commissions d'Orientation et de Suivi (COS). Il est sur ce point cocasse de voir tout le monde aujourd'hui défendre la régionalisation des COS, alors que la direction et 3 délégations (CFE-CGC, CFTC et FO) en rejetaient le principe proposé par CFDT et CGT dès 2011.

    •  Le projet d'accord peut rassurer les CRI et les CMH sur la volonté de s'appuyer sur leurs expériences et compétences pendant encore 5 ans.

  • Un point négatif : la direction continue de prôner l'approche pédagogique pour inciter les entités qui contribuent le moins et depuis le plus longtemps aux résultats de l'UES Capgemini à être plus engagées et performantes. La CFDT réclamait des mesures coercitives, et donc plus incitatives.

La CFDT signera donc cet accord avec la ferme intention de s'engager plus encore pour la meilleure intégration et un accompagnement renforcé de nos collègues PSH.