Parutions antérieures

Dans le cadre d’un transfert, 32 salariés ont été contraints cet été de quitter Europcar pour intégrer Capgemini TS.

A l’image de la récente négociation sur l’harmonisation des statuts des salariés d’Euriware, sur laquelle la CFDT a vu bon nombre de ses revendications aboutir (au 1er rang desquelles la suppression de la hiérarchisation salariale dans l’intégration de la prime d’intéressement, que seules les délégations FO et CFE-CGC demandaient avec nous !), nous avons, avec les salariés ex-Europcar, matérialisé diverses revendications dans un document écrit que nous avons remis à la direction avant la 1ère réunion de négociation qui s’est tenue le 1er octobre:

Nos revendications principales sont les suivantes:

  • Compensation totale des jours de RTT perdus par des jours d'ancienneté par anticipation.
  • Compensation de la différence constatée entre les participations moyennes versées par Europcar et Capgemini TS sur les 3 dernières années. Nous souhaitons que cette compensation soit versée d’une part dans le fixe et d’autre part dans la future prime de vacances selon une proportion à définir.
  • Intégration de 100% des variables de type « 5% » et « 10% » dans le salaire fixe.
  • Application rapide du télétravail pour les salariés qui le souhaitent.

Ces deux dernières années ont connu de nombreux dysfonctionnements du gestionnaire de la complémentaire sante et de la prévoyance, Gras Savoye (Rappel : l’assureur, c’est AXA). La réorganisation interne dans cette société, qui avait commencé en 2013 par un plan social, a été la cause principale de ces errements, dont des salariés et leurs ayant droits étaient les principales victimes.

Les partenaires sociaux, signataires de l’accord d’octobre 2006, ont tous souhaité une mise en concurrence du gestionnaire et ont tous demandé à y être impliqués.

Mais la direction n’a entendu qu’une partie de ces demandes...

Commencée il y a presque deux ans, longuement interrompue puis reprise depuis quelques mois, la négociation sur la formation touche à sa fin.

La CFDT, de par sa pugnacité et son savoir-faire, notamment au travers de sa forte implication dans la gestion paritaire de la CFP depuis plusieurs décennies, a su convaincre la direction de conserver la CFP quasiment en l’état.
Seules quelques formations de type purement culturelles devront être prises sur les temps privés, mais pourront être en contrepartie, disponibles en plus grand nombre.

L’accord en vigueur pour l’emploi des salariés en situation de handicap arrive à échéance le 31 décembre 2015.
La négociation du nouvel accord triennal (2016-2018) est maintenant bien avancée.

Comme pour la négociation du précédent accord,  la CFDT a œuvré pour l’amélioration du maintien dans l’emploi des salariés en situation de handicap et de l’aide aux parents d’enfants handicapés.

Dans le sillage de sa confédération, la CFDT de Capgemini s’engageait le 26 juin dernier dans la contestation d’une disposition inique et libérale de la loi dite « Macron ». La pétition initiée par des avocats et soutenue par de nombreuses organisations syndicales, avec la CFDT au 1er rang, a recueilli plusieurs dizaines de milliers de signatures.

Aujourd’hui, un communiqué de l’AFP annonce que le Conseil Constitutionnel a retoqué plusieurs mesures de cette loi dont, à notre grande satisfaction, celle sur le plafonnement aux Prudhommes des indemnités de licenciement quand celui-ci est reconnu sans causes réelles et sérieuses.

Le cadeau au Medef n’est donc pas passé et la taille de l’entreprise n’aura donc aucune incidence sur le montant des indemnités !