Parutions antérieures

Toujours prompte à communiquer sur sa responsabilité sociale pour améliorer son image à l’extérieur, la direction de Capgemini s’est empressée d’annoncer la conclusion du 3ème accord pour l’emploi des personnes en situation de handicap pour les années 2013 à 2015.

Alors pourtant que cet accord n’est à ce jour pas encore validé par la DIRECCTE !

Alors que, pendant ce temps :

Depuis 2006, la CFDT a continuellement démontré son engagement et sa détermination à faire progresser la formation, le recrutement et les conditions de travail des personnes handicapées dans l’entreprise.

Cette fois-ci encore, malgré les difficultés d’une négociation tendue et la passivité de certains négociateurs, certes bruyants dans leur communication, la CFDT a pu infléchir le texte mis en signature pour qu’il intègre mieux le maintien dans l’emploi et l’accompagnement des salariés handicapés dans leur intégration.

L’implication de la CFDT dans l’amélioration de l’emploi des personnes handicapées chez Capgemini n’est plus à démontrer. Notre position conjointe avec la CGT aux accords proposés en 2008 et 2009 avaient finalement abouti à un accord plus ambitieux pour la période 2010-2012, accord auquel avaient souscrits les cinq organisations syndicales représentatives.

Après des débuts hésitants et peu productifs, les deux dernières réunions ont permis de faire progresser le projet d’accord sous l’impulsion de certaines des délégations présentes.

La NAO (Négociation Annuelle Obligatoire) 2011 sur les salaires commence le 3 novembre. Les syndicats, représentants des salariés dans cette discussion, se sont coordonnés en avance de phase : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, Lien UNSA et Sud. L’année 2011 doit être une étape historique sur la question des salaires à Capgemini.
Dans un premier temps, nous avons adopté une plateforme de revendications communes. Une liste de nos exigences a été élaborée, insérée dans les communications syndicales de septembre envoyées au domicile de chaque salarié et communiquée à la direction :

  • LA DATE D’EFFET DES AUGMENTATIONS ET DES PROMOTIONS DOIT ETRE IDENTIQUE POUR TOUS LES SALARIES DE L’ENTREPRISE, A CAPGEMINI COMME A SOGETI, SOIT LE PREMIER JANVIER
  • L’ACCORD DOIT METTRE EN PLACE UNE AUGMENTATION PERENNE ET COLLECTIVE APPLICABLE AU PLUS GRAND NOMBRE DE SALARIES
  • L’ENVELOPPE ANNUELLE CONSACREE AUX MESURES COLLECTIVES DOIT ETRE AU MOINS EGALE A 50% DU MONTANT GLOBAL ANNUEL DES AUGMENTATIONS
  • L’ACCORD ISSU DE LA NEGOCIATION ANNUELLE OBLIGATOIRE SUR LES SALAIRES NE DOIT PAS TRAITER DU PRINCIPE DE L’EVOLUTION AU MERITE
  • IL FAUT ETENDRE LES 5% DE BONIFICATION SUR LES SALAIRES MINIMUM DE LA GRILLE SYNTEC A L’ENSEMBLE DES MINIMA DE L’ENTREPRISE
  • L’ACCORD DOIT AMELIORER ET PERENNISER LES MESURES SPECIFIQUES AUX PLUS BAS SALAIRES

Lire la suite...

punaise_verte Mode dégradé de l’organisation du travail, les astreintes sont un paramètre d’ajustement aisé pour la direction et une contrainte forte pour les salariés qui y sont soumis.
 En 2008, plus d’un salarié sur 6 a été concerné par les astreintes, chez Capgemini et Sogeti confondus.
 
Régies depuis juin 2003 par un accord médiocre, les astreintes ont fait l’objet de longues négociations qui aboutissent aujourd’hui à un nouvel accord. Dans nos tracts mensuels, nous avons souvent communiqué sur ce sujet. Rien d’anormal à cela au vu de l’implication de la CFDT dans des négociations où d’autres OS se sont montrées étonnamment discrètes, voir absentes.