Dernières nouvelles

Rappelez-vous la prime S...Y, du nom d'un ancien et peu regretté Président de la République. Instituée sans aucune concertation nationale avec les représentants des salariés comme avec ceux des patrons, cette s...ette avait donné lieu en 2014, comme en 2012, à un accord d'entreprise, rejeté par la CFDT, qui faisait alors des salariés présents des actionnaires "à l'insu de leur plein gré".

4 ans plus tard, un peu plus de 15 000 salariés encore présents dans les effectifs de l'UES ont enfin acquis le droit de disposer LIBREMENT de tous les droits sur ces actions, à commencer par celui de les céder. Mais plus de 5 000 salariés ont, de par leur sortie des effectifs, perdu ce droit ! Et ce sont près de 27 000 actions qui ont été "détruites". Notons tout de même un point positif : la valorisation boursière de ces actions qui apporte à ces épargnants contraints une plus-value significative.

La s...ette n'a eu qu'un temps. Aujourd'hui, c'est à une prime de partage de l'investissement et des efforts que la CFDT appelle au travers d'un accord d'intéressement qu'il devient urgent de négocier.

Le nouvel accord Egalité professionnelle en application depuis le 27 juillet a reconduit le temps partiel vacances scolaires.

C'est quoi ? Qui est éligible ? Comment le demander ?

Comme nous l’annoncions dans l’article "Egalité professionnelle Femmes-Hommes : Agir et progresser", la CFDT a négocié la réouverture de négociations sur l’accord Egalité professionnelle et a obtenu :

  • Un bilan, dans 1 an, des jours d’absences rémunérés pour enfants malades afin d’améliorer la mesure en nombre et en limite d’âge.
  • La mise en place de pilotes de garde régulière en crèches inter-entreprises avec, pour objectif, une généralisation à l’ensemble de l’UES.

La CFDT reste vigilante et mobilisée pour s’assurer de l’application rapide et complète de ces nouveaux engagements.

Prévue plus courte par la direction, il aura finalement fallu 7 réunions de négociation pour en arriver à un projet d'accord amélioré et donc signable. Encore une fois, la CFDT a tenu toute sa place dans cette négo pour obtenir des avancées et préserver des acquis. Reconnaissons aux délégations CFE-CGC et FO une participation elle aussi revendicative. Notons l'assourdissant silence de la délégation CFTC et l'étonnante discrétion de celle de la CGT.

Quels motifs conduiront la CFDT à signer cet accord qui couvrira les années 2019 à 2023

Il y a un an, le risque fort d'une remise en cause par l'assureur (Axa) des contrats de complémentaire santé qui couvrent les salariés de l'UES(1) Capgemini aboutissait à des modifications profondes des règles. Relire ici notre article du 19/11/2017.

9 mois après la mise en oeuvre de ces nouvelles règles, quels sont les premiers constats ?

Equilibre prévu sur 2018 pour le régime de base et fort déficit pour le régime facultatif (un rappel nécessaire : les conditions et garanties du régime facultatif dépendent ENTIEREMENT et EXCLUSIVEMENT de la responsabilité de la direction).