Tu acceptes la mission : Tu dois impérativement émettre des réserves par écrit sur l’ordre de mission (ou mail à ton manager)  si tu es dans une des situations suivantes :
  • La mission est déqualifiante. Pour que ça ne devienne pas une habitude, bien signifier que :
    • tu n’acceptes la mission que pour une durée limitée jamais supérieure à 3 mois
    • tu signifies bien que qu’en aucun cas çà ne doit devenir le type de mission habituel qui te soit proposée et que tu ne l’accepteras plus à l’avenir.
    • Tu demande à être repositionné (GPEC –Plan de parcourt professionnel) pour compenser l’érosion de tes compétences pendant cette période.
  • La mission demande un niveau et/ou une expertise que tu ne possèdes pas.
    Pour limiter les reproches en cas d’échec, bien signifier que :
    • Tu ne disposes pas des compétences
    • Tu demandes toutes les formations nécessaires
    • si celles –ci se révèlent inadaptées ou insuffisante, tu le signales immédiatement
    • ….
  • Tu dois absolument veiller aux termes et aux commentaires de ton ordre de mission qui seront utilisés lors de ton évaluation EPP et EDP et ne pas hésiter à les contester
    • Si les critères d’évaluation ne sont pas atteignables, tu demandes une renégociation de ces critères
  • Conditions et frais de déplacements doivent être fixés dans l’ordre de mission. (voir aussi ci-dessous).
Tu refuses la mission : Tu construis une stratégie et un argumentaire pour accompagner ton refus :
  • Tu ne disposes pas des compétences: tu demandes à bénéficier d'une formation adaptée.
  • La mission est déqualifiante : non respect du contrat de travail. (Ton employeur a le devoir de te fournir un travail dans ta compétence)
  • Tu vis une situation familiale t’empêchant de te déplacer (ta femme est en longue maladie):
Si tu fais valoir ta situation sans faire appel au médecin du travail, tu fais valoir :
  • les sept valeurs Capgemini (honnêteté, liberté, solidarité, plaisir…).
  • tu   quantifies dans le temps la période de non-mobilité, afin de ne pas te mettre en porte-à-faux avec ta clause de mobilité : immobile, oui, mais pas forcément à vie !
  • La disproportion entre les conséquences de l’application de la clause de mobilité et l’intérêt supérieur de l’entreprise (Il existe un volant important de salariés qualifiés pour effectuer la mission qui t’es proposée et qui habitent dans la région dans laquelle elle doit s’effectuer)

Liens :