Dernières nouvelles

Cette réunion ordinaire du 7 septembre du CE ATS Infra abordait les principaux sujets suivants :

  • Résultats économiques et effectifs juillet
  • Fusion juridique Sogeti France / Capgemini OS / Sogeti Corporate Services
  • Point de situation sur le CSP RH

Retrouvez ici notre flash synthétique de cette réunion. Une version plus complète est à la disposition des adhérents CFDT.

Au même titre que les camarades CFDT de nombreuses ESN (Entreprises du Secteur Numérique), la liaison CFDT de Capgemini appelle tous les salariés à se joindre aux manifestations organisées en France le 12 septembre 2017.

Nous ne voulons pas :

  • Travailler de contrat de chantier en contrat de chantier toute notre vie ! Et faire payer l'interchantier par les allocations chômage. Et délester les employeurs de leurs obligations de formation professionnelle ou de préservation de la santé de ses salariés.
  • Laisser le patronnat décider unilatéralement des accords d'entreprise comme il le veut, dans SON intérêt et celui de SES actionnaires.
  • Que les patrons puissent licencer économiquement à tour de bras en mettant volontairement leurs filiales françaises dans un déficit comptable factice.
  • Autoriser les lettres de licenciement sans motivation !
  • Limiter les recours des salariés aux Prud'hommes et plafonner les indemnités à 20 mois pour 30 ans d'ancienneté !

La protection Macron, c'est que pour les patrons. NON NON NON

Pour la 4ème fois depuis la création du pouvoir d'opposition à des accords d'entreprise (Loi sur la Représentativité en 2008), la CFDT de Capgemini a fait valoir ce droit, avec deux autres étiquettes syndicales (CGT et CFE-CGC). Rappelons que les 3 fois précédentes, notre opposition avait ensuite permis de satisfaire bon nombre de nos revendications, améliorant considérablement les textes rejetés. Aucune autre opposition n'a été formalisée dans l'UES Capgemini.

Il s'agissait cette fois-ci de définir les contours et moyens de deux types d'instances de coordination de CHSCT, une au niveau de l'UES (un "CCE" des CHSCT) et une au niveau de chaque établissement français du groupe (révision de l'actuel accord). Ce thème peut sembler éloigné du quotidien et des préoccupations des salariés, mais pas tant que cela. Ainsi, le 1er sujet qui devait être soumis à consultation était les nouvelles règles sur le temps de travail que la direction France entend actualiser. Au cours de cette négociation, toutes les délégations ont à plusieurs reprises souligné le caractère inachevé et complexe du projet d'accord. Pourtant, la direction a pu, une fois de plus, compter sur deux de ses fidèles signataires pour valider des dispositions imprécises, ambigües et moralement contestables, et surtout trop défavorables à la défense des droits des salariés.

La CFTC avec sa majorité actuelle au CE a mis en place un nouveau taux de subvention à partir de l’année 2017.

Où est l'équité ? 

  • Taux de subvention différent selon la ville de rattachement 
  • Salariés aux plus bas revenus : votre taux de subvention diminue
  • La nouvelle grille favorise les revenus les plus élevés

Le cabinet Sextant a fait une analyse sur l’écart des rémunération sur les 2 années 2015 et 2016 :

8,5% des salariés de l’UES ont un coefficient Syntec inférieur au coefficient central de leur grade. Les femmes sont plus concernées par ce sous positionnement.
Pour la quasi totalité de ces salariés, le repositionnement ne couterait rien à l’entreprise, il resterait 0,48% de salariés concernés.