Dernières nouvelles

Pour la 4ème fois depuis la création du pouvoir d'opposition à des accords d'entreprise (Loi sur la Représentativité en 2008), la CFDT de Capgemini a fait valoir ce droit, avec deux autres étiquettes syndicales (CGT et CFE-CGC). Rappelons que les 3 fois précédentes, notre opposition avait ensuite permis de satisfaire bon nombre de nos revendications, améliorant considérablement les textes rejetés. Aucune autre opposition n'a été formalisée dans l'UES Capgemini.

Il s'agissait cette fois-ci de définir les contours et moyens de deux types d'instances de coordination de CHSCT, une au niveau de l'UES (un "CCE" des CHSCT) et une au niveau de chaque établissement français du groupe (révision de l'actuel accord). Ce thème peut sembler éloigné du quotidien et des préoccupations des salariés, mais pas tant que cela. Ainsi, le 1er sujet qui devait être soumis à consultation était les nouvelles règles sur le temps de travail que la direction France entend actualiser. Au cours de cette négociation, toutes les délégations ont à plusieurs reprises souligné le caractère inachevé et complexe du projet d'accord. Pourtant, la direction a pu, une fois de plus, compter sur deux de ses fidèles signataires pour valider des dispositions imprécises, ambigües et moralement contestables, et surtout trop défavorables à la défense des droits des salariés.

La CFTC avec sa majorité actuelle au CE a mis en place un nouveau taux de subvention à partir de l’année 2017.

Où est l'équité ? 

  • Taux de subvention différent selon la ville de rattachement 
  • Salariés aux plus bas revenus : votre taux de subvention diminue
  • La nouvelle grille favorise les revenus les plus élevés

Le cabinet Sextant a fait une analyse sur l’écart des rémunération sur les 2 années 2015 et 2016 :

8,5% des salariés de l’UES ont un coefficient Syntec inférieur au coefficient central de leur grade. Les femmes sont plus concernées par ce sous positionnement.
Pour la quasi totalité de ces salariés, le repositionnement ne couterait rien à l’entreprise, il resterait 0,48% de salariés concernés.

Sur la prise à bail d’un nouveau bâtiment dans le cadre du projet global de regroupement des entités juridiques en région parisienne

Le projet -Entités et Sites

La direction du groupe Capgemini a initié un projet immobilier en région parisienne afin de regrouper les entités ATS/Infra (Capgemini OS, Sogeti France, Sogeti Corporate Services), Capgemini Consulting, Capgemini TS, Prosodie et Sogeti HighTech dans un même bâtiment dont le bail serait porté par Capgemini TS. Les entités Backélite, Capgemini Gouvieux, Capgemini Service et Itelios ne sont pas concernées par le projet.

 

Voir dans :  Dossiers pratiques - Minis Syntec