// Actualités //

Congés payés et RTT pendant la crise sanitaire

Chacun commence à percevoir que la situation sanitaire créée par l’épidémie de Coronavirus pourrait engendrer à court terme des conséquences sur l’activité et sur l’économie de Capgemini.

Et chacun perçoit également être plongé dans une situation tout à fait inédite et exceptionnelle.

Aussi, il est surprenant de voir ressortir les vieilles recettes chez Capgemini pour traiter ces périodes de baisse d’activité : la tentation pour notre Direction d’imposer la prise de congés.

La CFDT demande à notre Direction que la situation exceptionnelle soit traitée de façon exceptionnelle et qu’à ce stade, la baisse d’activité soit exclusivement gérée par l’appel à l’inter-contrat.

La CFDT considère que la mobilisation des réserves financières générées par les très bons résultats de ces 5 dernières années, fruit du travail produit par les salariés de Capgemini, permettra d’amortir ces potentielles baisses d’activité.

La Direction, par la voix de Paul Hermelin, a souhaité faire appel au sens du devoir et au sens du service des salariés de Capgemini afin d’assurer nos obligations contractuelles dans cette période extrêmement compliquée.

En miroir, la CFDT en appelle à la Direction pour faire preuve de solidarité et de prise en compte des situations humaines avant d’avoir un recours trop facile et trop rapide aux congés imposés.

Quelques rappels concernant les prises de congés (sous réserve de modifications légales issues du projet de loi d’état d’urgence sanitaire en cours):

– RTT Employeur : l’employeur en a libre disposition, il peut donc imposer les dates de prise de RTT employeur avec un délai de prévenance de 14 jours,

– RTT Salarié : l’employeur ne peut pas vous contraindre à des dates choisies par lui,

– Pour les congés payés, l’employeur a le droit d’imposer des congés, mais doit respecter un délai de prévenance de 2 mois (délai propre à notre convention collective)

Si vous avez déjà posé vos congés et si vous souhaitez les modifier, les reporter ou les annuler, il faut un accord des 2 parties si la demande a lieu dans les 2 mois avant le début du congé. La concertation entre l’employé et l’employeur reste alors le seul moyen pour prendre en compte le caractère tout à fait exceptionnel de la situation que nous traversons.