// Actualités //

Déménagement sur MCampus, un exemple parmi d’autres d’affichage et de mépris

Un nouveau bâtiment à Meudon, le MCampus, illustre le mépris de la direction immobilière pour la Qualité de Vie au Travail des salariés.

Des mois durant, les directions immobilière (le CRES) et opérationnelle de Capgemini n’ont eu de cesse de négliger les très nombreuses alertes et préconisations venant des élus, des organisations syndicales et de l’expert indépendant désigné pour étudier ce projet de regroupement immobilier.

Pour rappel, une politique dite de « regroupement immobilier » a été initiée en France avec notamment pour l’Île-de-France l’emménagement au 147 à Issy des équipes venant de Boulogne, Courbevoie, Issy, St-Cloud et Suresnes, et qui a dérapé avec des bâtiments supplémentaires : Issy (O’Mallet), Meudon et un projet de locaux à La Défense…

Première conséquence : un avis négatif sur l’aménagement de MCampus en bord de Seine a été rendu le 8 juillet par le Comité Central de Capgemini adopté à l’unanimité des 20 élus présents.

Pour quels motifs ces désaveux multiples ? Capacitaire incendie inadapté aux effectifs présents, absence de prévention des risques professionnels dans la mise en place du sacralisé flex-office, implantation exagérée de postes de travail sous-équipés, dispositifs acoustiques insuffisants, qualité de l’air, offres de restauration insuffisantes dans le bâtiment et inexistantes à proximité…

Ajoutons à ces forts irritants une desserte en transports en commun limitée et de très faibles possibilités de stationnement (dans le parking comme en extérieur).

Un ensemble d’éléments qui font légitimement craindre des conflits interpersonnels, une désertification du site ou une augmentation significative de ruptures de contrats de travail. Mais peut-être que ce dernier risque est aussi un pari de la direction immobilière qui gère ce projet d’un strict point de vue financier et néglige le social. Le slogan actuel #StrongerTogether comme l’ancien OneTeam ne sont ici que pure communication. Comme ce message d’autosatisfaction du CRES adressé aux salariés le 13 juillet qui survend une future navette, un restaurant (dont il n’est pas dit qu’il sera partagé avec d’autres sociétés) ou un pseudo espace d’échanges (tout utilisateur d’open-space sait que c’est du pipeau).

A noter que les CSEE concernés (Appli, Infra et Ingénierie) ont tous rendu au préalable un avis défavorable après avoir confié à leurs Représentants de Proximité franciliens respectifs le soin de travailler avec le cabinet d’expertise désigné par le comité central.

A noter aussi que la Direction a choisi d’ignorer les rapports d’expertises qui parlent « de projet au rabais »…

A noter enfin que d’autres projets de déménagement (Nantes, Toulouse, Lyon, …) sont également mal partis : mêmes causes, mêmes effets…