Parutions antérieures

Les négociations sur les minima conventionnels ont débuté en novembre 2015. La dernière réunion de négociation du 10 décembre 2015 n’a pas abouti dans la mesure où les organisations patronales proposaient une augmentation allant de 0,5% à 0,7% des minima conventionnels en fonction des coefficients.

Aucune organisation syndicale n’a signé cette proposition. La CFDT refuse, une nouvelle fois, de signer un tel accord dans la mesure où les autres négociations relatives au pouvoir d’achat des salariés sont sans cesse repoussées, notamment la négociation relative à la grille de classification unique de la branche.

L’accord en vigueur pour l’emploi des salariés en situation de handicap arrive à échéance le 31 décembre 2015.
La négociation du nouvel accord triennal (2016-2018) est maintenant bien avancée.

Comme pour la négociation du précédent accord,  la CFDT a œuvré pour l’amélioration du maintien dans l’emploi des salariés en situation de handicap et de l’aide aux parents d’enfants handicapés.

L'accord sur le devenir des IRP Euriware, dont nous décrivions les principaux points dans notre article du 22 mai dernier, a été signé à une très large majorité (CFDT , CFE-CGC, CFTC et FO, soit une représentativité de 73,21%) et sera donc appliqué à partir du 1er juillet prochain.

Comme il nous en a été donné habitude, la seule délégation non signataire a activement participé aux diverses désignations des délégué-e-s qui seront membres des instances de représentation du personnel des sociétés d’accueil (Capgemini OS, Sogeti High Tech et Capgemini France), ceci jusqu’aux prochaines élections mi 2016 ou futurs renouvellements des CHSCTs.

4 accords étaient mis en signature pendant la semaine du 9 au 13 mars 2015.

Tous ont recueilli une majorité de signatures suffisante pour être applicables dès le mois prochain.

La composition d’un Comité Central d’Entreprise (CCE) n’est pas chose aisée chez Capgemini.

La CFDT Capgemini défend depuis longtemps le principe d’une représentation équilibrée des Comités d’Etablissement (CE) au CCE, et le dernier accord en date (décembre 2014), qui reprend cette base, en est la parfaite expression. Cet accord respecte une représentation des CE proportionnelle à leur taille (effectifs et nombres d’élu-e-s).
De plus, les désignations dans les CE ont presque parfaitement traduit la pluralité syndicale issue des dernières élections (6 titulaires CFDT, 4 CFTC, 4 CGT, 3 FO, 1 Lien UNSA, 1 sans étiquette).

Mais, cela ne convient pas à certain-e-s de nos camarades…