// Actualités //

La Médecine du Travail , mon alliée, mais …

La Médecine du Travail, désormais appelée Service de Santé au Travail (SST) est une équipe pluridisciplinaire : médecin, infirmier, ergonome, etc. Mais disons, tout de suite, ce qu’elle n’est pas : elle N’EST PAS l’équivalent de votre médecin traitant. Elle ne peut prescrire aucun médicament, ni aucun arrêt de travail. En cas de besoin, elle oriente alors le salarié vers son médecin traitant ou le spécialiste adapté. Le médecin du travail est le médecin qui se positionne sur la compatibilité entre le poste de travail et l’état de santé du salarié.

On parle de Service de Santé au Travail Inter-entreprises (SSTI) s’il est composé au moins en partie de personnes externes, comme c’est le cas pour la plupart des sites Capgemini. Les SSTI sont sectorisés géographiquement. Ils sont donc différents d’un site Capgemini à un autre. Quelques cas particuliers de SST à demeure dans les locaux de Capgemini existent, comme au 147 (Paris) et à Toulouse.

Les visites médicales

Réaliser une visite médicale auprès d’un SST comporte plusieurs objectifs d’information et de prévention :

– Faire le point sur son état de santé et éventuellement être réorienté.

– Faire remonter les difficultés (douleurs, surcharge mentale, conditions de travail inadaptées, …) pour que le médecin du travail puisse agir auprès de l’entreprise pour trouver des solutions.

– Être renseigné par rapport aux risques (notamment les troubles physiques et les risques psychologiques liés au travail et à son environnement).

– Être conseillé sur les moyens de prévention pour réduire, limiter ou éviter ces risques.

Tracer le suivi dans votre dossier médical.

C’est un véritable temps d’échange soumis au secret professionnel.

Le SST peut intervenir auprès de l’employeur, prescrire un aménagement de poste ou bien encore le sensibiliser aux risques professionnels auxquels les salariés sont exposés. Si l’employeur refuse d’agir, il devra alors motiver son refus par écrit et faire parvenir une copie auprès des salariés demandeurs.

Plusieurs types de visite aux Services de Santé au Travail existent dont notamment :

– la visite d’information et de prévention initiale (à l’embauche)

– la visite de pré-reprise ou de reprise après une longue période d’arrêt (maladie, maternité, etc.)

– la visite occasionnelle à la demande de l’employeur en cas de détresse du salarié.

– la visite occasionnelle à la demande du salarié si celui-ci ressent des troubles qui lui semblent en rapport avec son poste de travail ; s’il veut une consultation pendant son temps de travail, le salarié doit en informer au préalable son supérieur hiérarchique, qui ne peut pas s’y opposer ; Une visite hors de son temps de travail est aussi possible.

– La visite périodique tout au long du parcours professionnel, tous les 2 ans maximum pour les salariés en suivi renforcé (postes à risques, travail de nuit, situation de handicap, femmes enceintes, etc.), tous les 5 ans maximum pour les autres ; cette visite permet au professionnel de santé au travail de s’assurer que l’exercice du métier du salarié n’est pas préjudiciable pour sa santé.

Dans le cadre du suivi individuel, peuvent être réalisés des examens complémentaires nécessaires à la détermination de la compatibilité entre le poste de travail et l’état de santé du travailleur, notamment au dépistage des affections pouvant entraîner :

– Une contre-indication au poste de travail,

– Au dépistage d’une maladie professionnelle ou à caractère professionnel susceptible de résulter de l’activité professionnelle du travailleur

– Et au dépistage des maladies dangereuses pour l’entourage professionnel du travailleur.

Les examens complémentaires, confidentiels et compris dans la cotisation de l’employeur, sont prescrits par le médecin du travail et acquièrent un caractère obligatoire à ce titre.

Le travail rendu par les Services de Santé peut être assez différent d’un site à l’autre. La CFDT fait partie des Conseils d’administration et des Commissions de contrôle de ces services et vous pouvez contacter vos représentants si vous avez des signalements à faire.

A noter, une nouvelle réforme des SST est en cours de négociation nationale, le gouvernement souhaitant une homogénéisation de l’offre de prévention partout sur le territoire par une réorganisation de la gouvernance et du financement de la santé au travail. Souhaitons que ça ne soit pas une réforme par le bas !!!