// Actualités // Brèves //

Les places en crèche pour les salariés de Capgemini : c’est pour quand ?

La CFDT de Capgemini est têtue quand il s’agit d’améliorer la qualité de vie pour les salariés des entités françaises du groupe. Télétravail, intéressement, emploi des personnes en situation de handicap sont des exemples de notre entêtement à construire et conclure des accords au bénéfice des salariés. Les évolutions de la perception et du traitement de l’égalité professionnelle Femmes-Hommes, de la Parentalité et des Equilibres des temps de vie en sont un autre exemple, avec hélas une imperfection criante, un manque consternant et même quelque part une honte pour la 1ère ESN française : l’accompagnement déficient des jeunes parents avec un réseau de places en crèches inter-entreprises.

L’accord Egalité F/H de 2018 mentionne que « L’UES Capgemini pourra déployer un ou plusieurs pilotes visant à recourir à un réseau de crèches interentreprises pendant l’application de l’accord ». Depuis notre signature, dans l’indifférence et la passivité des autres signataires, nous ne cessons de solliciter la direction France pour lancer des sites pilotes, comme à Aix et Rennes.

Quels seraient les bénéfices attendus de ces places pour les salariés :

  •  Soulager une charge mentale liée à la parentalité.
  •  Permettre une fidélisation des salariés.
  •  Contribuer à l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle de salariés.
  •  Eviter que des mères ne se retrouvent à tirer leur lait dans des espaces inappropriés, voire malsains.
  •  Rentrer dans le cadre de la Responsabilité Sociale et Environnementale.
  •  Baisser la cotisation Carsat « risque routier ».

Nous sommes à mi-parcours de l’accord de 2018 et la force d’inertie de notre employeur atteint des sommets. Le cabinet d’expertise du CCE qui a accompagné les négociateurs du dernier accord a pourtant affirmé que :

  • La résistance au motif de la réintégration fiscale n’est pas fondée puisque cette réintégration ne vient en aucun cas dégrader les performances opérationnelles ou le résultat comptable de l’entité..
  • La réservation de 16 berceaux coûterait : 0,003% du Chiffre d’Affaires (base Sogeti France) et 0,005% de la masse salariale (salaire et charges…). Soit à notre échelle : 1 centime par salarié !

M. Hermelin, qui vient d’annoncer son prochain remplacement, serait bien inspiré de marquer sa dernière année de direction du groupe de mesures socialement innovantes comme le déploiement de ce réseau de places en crèches inter-entreprises.

Chiche ?