// Actualités // Brèves //

Négociations salaires : du gros gâteau les salariés français ne verront-ils que les miettes ?

Débutées les 14 décembre 2020, les Négociations Annuelles Obligatoires sont toujours en cours au sein de l’UES Capgemini. La dernière réunion en date, le 16 mars dernier, a permis de découvrir sans réelle surprise les miettes que la direction du groupe a décidé de consacrer à ses salariés.

Les traditionnelles mesures collectives de rattrapage salarial, à l’instar des mesures d’augmentations individuelles hors promotion, ne seront pas rétroactives au 1er janvier, obligeant ainsi les négociateurs à décrypter le vrai du faux dans les annonces faites.

Ainsi par exemple, quand les mesure suivantes nous sont présentées :

Les salariés ayant un salaire annuel théorique (SAT) brut inférieur ou égal à 42 717 € (SAT médian UES au 30 juin 2020) n’ayant pas eu d’augmentation entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2020 (comparaison du SAT au 31 décembre 2018 et au 31 décembre 2020), bénéficieront d’une augmentation minimale de 600 € bruts sur le SAT à compter du 1er juillet 2021 (sans rétroactivité).

ou

Les salariés ayant un salaire annuel théorique (SAT) brut supérieur à 42 717 € et inférieur ou égal à 50 742 € (SAT moyen UES au 30 juin 2020) n’ayant pas eu d’augmentation entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2020 (comparaison du SAT au 31 décembre 2018 et au 31 décembre 2020), bénéficieront d’une augmentation minimale de 350 € brut sur le SAT à compter du 1er juillet 2021 (sans rétroactivité).”

Il faut comprendre que les salariés ne percevront que la moitié de ces sommes en 2021 contrairement à la couleuvre que la direction a cherché maladroitement à nous faire avaler.

Les mesures proposées par cette dernière sont principalement les suivantes :

+ Rattrapage salarial mentionné ci-dessus
+ Budget complémentaire pour le rattrapage égalité professionnelle (rappelons que le prochain accord est toujours en cours de négociation)
+ Évolution du forfait mobilité durable de 300 à 400 euros
+ Réévaluation des primes d’astreintes (un prochain thème de négociation spécifique)

Le budget consacré à ces NAO est l’un des plus bas de ces dernières années.

Après le satisfecit général de 2020 sur la capacité du groupe à maintenir le cap malgré le tsunami sanitaire, la CFDT Capgemini réclamait un juste retour collectif vers les artisans (de 1ère et 2ème ligne) de ces solides résultats avec son revendicatif à découvrir ICI.

La direction semble donc, à ce stade des négociations, engagée dans une voie bien différente très loin d’une juste reconnaissance des efforts des salariés.