// Actualités //

8 mars : vers un monde « d’après » égalitaire ?

Pour la Journée Internationale des Droits des Femmes du 8 mars 2021, l’ONU Femmes a choisi le thème :

« Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 »

Tout d’abord, la CFDT de Capgemini veut porter un grand coup de chapeau aux personnes, dont une majorité de femmes, qui ont été aux avant-postes pendant les confinements, et qui le sont encore actuellement.

Maintenant, imaginons ensemble un monde où toutes et tous bénéficient des mêmes droits et des mêmes chances, les filles et les femmes n’ont pas peur de rentrer chez elles tard le soir, et les hommes et les garçons ne sont pas piégés dans des masculinités oppressives. Dans ce monde, l’égalité des sexes est la norme. Les hommes et les femmes bénéficient de salaires égaux pour un travail à valeur égale et ils et elles partagent les responsabilités familiales dans leur foyer.

Comme l’indiquent les chiffres du rapport « Vers l’égalité réelle entre les hommes et les femmes 2020 », la réalité est toute autre. Quelques exemples:

      • Une orientation professionnelle faussée ? Après le bac, auto-censure des jeunes filles qui délaissent les filières scientifiques et encore plus les écoles d’ingénieur. En 2017, la part des femmes dans les métiers informatiques était de 28% et seulement 11% de femmes travaillaient dans la cybersécurité (source femme du numérique)

     

      • A travail égal, salaire égal ? Une récente étude de l’Apec relayée par Capital indique que en 2019 les femmes cadre gagnent en moyenne 13% de moins que les hommes. De manière globale, les inégalités salariales se creusent notamment en fonction du nombre d’enfants.

     

      • Un partage équitable des tâches domestiques ? Même pendant le confinement, les femmes ont consacré plus de temps, chaque jour, aux tâches ménagères (rangement et nettoyage du logement, cuisine, linge et vaisselle, courses…) que les hommes : 2h34 en moyenne contre 2h10. Une différence valable quel que soit le profil du ménage, et qui s’accroît lorsque le nombre de personnes que comprend le foyer augmente

     

    • Et la visibilité des femmes dans le sport ? Une médiatisation de la pratique sportive des femmes pendant la crise sanitaire très faible. Ainsi, 2,4% des articles de l’équipe pendant le 1er confinement concernaient les sports pratiqués par des femmes. Découvrez un petit historique du football féminin où l’on voit que le combat fut rude pour la pérennisation et qu’il y a bien plus qu’ailleurs des inégalités en termes de rémunération.

Même si de nombreux progrès ont été réalisés, il reste du chemin à parcourir et la crise que nous vivons, fait peser un risque sur l’emploi des femmes aggravant leur précarité et les inégalités F/H au travail.

Mais chacun et chacune, peut agir pour que cette période de crise ouvre des avancées et ne soit pas l’occasion de retour en arrière par rapport aux droits acquis pour les femmes durant les années passées, notamment avec les nombreuses associations qui œuvrent dans ce sens.

A l’occasion de cette journée du 8 mars 2021, la CFDT de Capgemini a choisi de mettre également en visibilité l’association « Féminité sans abri » qui organise des collectes de produit d’hygiène, de soin et de beauté pour constituer des kits à destination des personnes sans abri, et plus particulièrement des femmes . L’an dernier, juste avant le confinement, la CFDT de Capgemini avait organisé une collecte pour cette association. Voir notre reportage.

Si vous aussi, souhaitez mettre une association d’aide aux femmes à l’honneur, n’hésitez pas à nous en faire part sur le compte LinkedIn #CFDT CAPGEMINI