Bannière CFDT Rentrée 2023
// Actualités //

Accord Salaires Capgemini février 2023. Pourquoi la CFDT ne l’a pas signé ?

Un accord mis en signature est souvent, pas toujours, l’aboutissement d’un process de négociation entre les représentants de l’entreprise et les organisations syndicales représentatives.

JAMAIS les seuls signataires d’un accord ne sont les seuls à avoir contribué à l’évolution des dispositions d’un accord.
Prétendre le contraire, c’est mentir.

La CFDT de Capgemini affirme à nouveau que c’est la détermination de l’intersyndicale regroupant 6 des 8 premières Organisations Syndicales et l’audience médiatique de ses nombreuses actions qui ont poussé la Direction à faire, cette année, une proposition inédite d’augmentations collectives.

En cette fin février 2023, au terme d’un process de négociation rapidement expédié, la direction a obtenu une signature majoritaire sur l’accord Salaires. Les militants de la CFDT ont très majoritairement choisi de ne pas signer.

En voici les raisons :

    • La mesure d’augmentation collective de la Direction ne permettra qu’à un très faible nombre de salariés (approximativement moins de 400 ayant un brut annuel < 26 K€) d’avoir un rattrapage de l’inflation (5,9% sur 12 mois).
      A contrario, une augmentation générale de 2500€, comme demandée par l’intersyndicale, aurait permis à la moitié des salariés (SAT ≤ 43K€) de compenser cette inflation (voir graphique ci-dessous) :

    • La CFDT déplore l’absence cette année d’une enveloppe complémentaire dédiée aux rattrapages Egalité Femmes ⇔ Hommes, pourtant présente dans les accords NAO depuis au moins 8 ans… alors même que cette enveloppe est nécessaire selon le dernier rapport d’expertise du cabinet Sextant.
    • Si l’enveloppe consacrée aux augmentations individuelles a effectivement augmenté de 21% par rapport à 2022, son volume et sa répartition restent à la seule main de la direction. Cette enveloppe n’est donc pas négociée.
    • A quoi est due l’augmentation de 6% des barèmes des astreintes? Aux seuls initiateurs (dont la CFDT) dans l’accord de 2009 de la systémisation de cette augmentation tous les deux ans sur la base de l’augmentation moyenne des deux dernières années. A rien d’autre.
    • L’actualisation de la grille des minimas salariaux dans l’UES n’est rien d’autre que la conséquence de l’actualisation de la grille de classification de notre branche.
      De ces majorations propres à l’UES Capgemini, deux tiers des salariés en sont exclus car cadres à partir de la position 2.
    • Dans la catégorie des anomalies, la direction a fait très fort en proposant un fonds financier destiné à accompagner des salariés se trouvant en difficulté.
      Une enveloppe gérée entre signataires, sans règles prédéfinies et sans aucune transparence.

 

Enfin, la direction annonce que 3 salariés sur 10 ne bénéficieront ni d’une augmentation collective ni d’une augmentation individuelle !

« Salarié avec un SAT > 43 K€, toi qui travailles avec enthousiasme et professionnalisme, toi aussi tu peux rester à quai ! »

La responsabilité de la CFDT est d’œuvrer pour l’égalité salariale Egalité Femmes ⇔ Hommes, la juste reconnaissance de la valeur ajoutée qu’apportent les salariés, un partage équitable des résultats de l’entreprise entre salariés et actionnaires.
La CFDT a considéré que l’accord proposé à la signature des organisations syndicales n’y répondait pas dans la mesure des moyens de l’entreprise, qui présente encore cette année des résultats exceptionnels.