Bannière Site Web
// Actualités //

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale du droit à l’avortement

Le 28 septembre marque la journée mondiale du droit à l’avortement.

L’occasion pour la CFDT de revenir sur ce droit dans le contexte particulier cette année de sa remise en cause aux Etats Unis, un droit menacé aussi dans d’autres pays plus proches.

Petit historique en France avec Simone & Simone…

En 1971, les femmes subissant un avortement s’exposaient encore à des poursuites pénales !!
343 femmes signèrent une pétition « le manifeste des 343 » rédigée par Simone de Beauvoir et réclamant le droit à l’avortement.

Le 17 janvier 1975, la loi Simone Veil institue le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). En France, actuellement, toute femme majeure et mineure peut choisir d’interrompre sa grossesse jusqu’à la 12ème semaine de grossesse.

Un droit fragile, remis en cause fréquemment…

Dans certains pays, l’IVG est toujours considérée comme un crime et dans le monde, 47 000 femmes meurent chaque année, faute d’avoir accès à des conditions d’avortement sécurisées.

En France :

    • L’accès est très inégal sur le territoire en raison d’infrastructures très en deçà des besoins dans certains départements. Cela a pour conséquences : l’éloignement géographique des centres d’IVG et l’allongement des délais de consultation,avec pour risque principal le dépassement du délai légal d’avortement.
    • Une remise en cause régulière de la part de député(e)s soumettant à l’Assemblée nationale des projets de loi visant à restreindre le droit à l’avortement.
    • Des campagnes de désinformation, manipulation de la part d’organisations « pro vie », tentant par tous les moyens d’empêcher et/ou de dissuader les femmes d’avorter.

Allons plus loin !

Pour la CFDT, il est temps d’harmoniser la législation européenne sur ce sujet essentiel pour une société attachée à l’égalité des droits entre les femmes et les hommes.

Pour la CFDT, membre depuis 2017 du collectif « Avortement en Europe, les femmes décident », le droit à l’avortement doit être reconnu dans la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne.

LE DROIT DES FEMMES A DISPOSER DE LEUR CORPS N’EST PAS UNE OPTION !

 

L’AVORTEMENT EST UN DROIT FONDAMENTAL, LA CFDT REVENDIQUE DONC QUE CE DROIT SOIT INSCRIT DANS LA CONSTITUTION.