Bannière Site Web
// Actualités // Brèves //

Négo Salaires 2022 : Capgemini nie l’évidence de l’inflation et bâcle les négos

Que propose la direction ?

Un seul et unique sujet est ouvert aux négos Salaires cette année par la direction France de Capgemini : une mesure d’augmentation collective c’est-à-dire qu’elle ne concerne qu’un nombre restreint de salariés (voir graphique ci-dessous), alors que, pour la 1ère fois, les 5 OS représentatives réclamaient une augmentation générale pour tous !!

Certes, l’augmentation collective proposée par la direction est plus qu’un simple rattrapage, comme les années précédentes, mais malheureusement elle ne concerne qu’un tiers des effectifs (salariés avec un brut annuel max de 43 K€ et présents au 1er janvier 2022 (ou au 1er avril 2022 pour les salariés transférés d’Altran). Et parmi eux, un tout petit nombre (brut annuel 23 K€ max) serait susceptible d’avoir un maintien du pouvoir d’achat au regard de l’inflation constatée sur 12 mois fin 2022 (5,2% pour l’inflation totale) et aucun si on prend juste l’inflation des prix à la consommation (5,9%). Montant estimé de cette mesure pour Capgemini : 8,2 M€ non chargés (0,56% de la masse salariale prévisionnelle).


Si l’accord proposé à ce jour inclut 3 autres mesures, la direction ne les négocie pas :

    • L’augmentation des barèmes Astreinte (+4%) n’est rien de plus que l’application des dispositions de l’accord Astreintes de 2009. Heureusement que la CFDT y avait obtenu cette révision a minima tous les deux ans ! Et on est encore loin des barèmes Altran !
    • La reconduction d’une grille de minimas UES (dont la CFDT a demandé la correction après l’augmentation du plafond annuel de la sécurité sociale le 1er janvier 2023) reste un peu meilleure que la grille de branche. Mais elle exclut les ¾ des salariés: tous les cadres en position 2 et + !
    • L’enveloppe d’augmentations individuelles (AI) de 57 M€ (3,9% de la masse salariale) est à la seule main de la direction qui se limite à informer les négociateurs. Les seules garanties qu’elle donne sont que :
        • 3 salariés sur 10 en seront exclus !
        • Aucun minima n’est fixé, ce qui peut laisser imaginer une AI parfois juste symbolique !

      La CFDT a toujours indiqué son refus de mettre en cause les AI et se limite donc à observer qu’elles représenteraient cette année 87,4% de l’enveloppe totale des augmentations.
      Si la direction veut souligner que les AI 2023 progressent de 21,3% par rapport aux AI 2022 (47 M€), la CFDT lui rappelle que les effectifs ont dans le même temps augmenté de 16% ! Du coup, l’effort semble extrêmement modéré face à l’inflation !

Plus alarmant encore : Capgemini supprime cette année l’enveloppe complémentaire destinée à l’égalité salariale Femmes/Hommes ! Quelques centaines de milliers d’euros économisés sur l’autel de la rentabilité !

Que conclure de tout ça ?

La politique de rémunération de Capgemini est de moins en moins séduisante, peu attractive pour recruter mais surtout repoussante pour la rétention des talents. Capgemini veut-elle vraiment garder ses salariés ?